TIC : 4 % des émissions de gaz à effet de serre pour 2020… Comment éviter un tel impact écologique ?

Web et technologie

Personne ne peut plus fermer les yeux sur la dégradation de la qualité de notre planète. Les TIC ont un réel impact écologique. Il me paraissait important de partager avec vous cette information et d’évoquer avec vous quelques pistes pour préserver notre magnifique lieu de vie : La Terre.

Ce samedi 26 janvier 2013, Rue89 a organisé un débat autour du thème écologie et technologie : Quelles sont les conséquences écologiques d’Internet, du téléphone portable,… ? Plusieurs spécialistes étaient présents comme Philippe Balin (Ingénieur chez Solcap21), Françoise Berthoud (Directrice au CNRS), Cédric Gossart (Conférencier chez Mines-Telecom) et Xavier (Animateur chez Rue89 sensible sur l’écologie et les TIC). J’avais envie de partager avec vous les quelques conclusions qui me paraissent intéressantes et quelques pistes pour contribuer ensemble à la réduction de notre impact écologique.

Le courrier électronique coûterait cher pour la terre !

On pourrait penser que les nouvelles technologies (TIC) sont bien plus écologiques que les moyens traditionnels pour la transmission d’informations. C’est faux selon certains experts qui ouvrent le débat. Certains constats interpellent. Dans un rapport, l’agence de la maitrise de l’énergie (Ademe) estimerait que les TIC produirait 4 % des gaz à effet l’horizon 2020 (Soit doubler sur 15 ans. En 2005, cela représentait déjà 2 %).

Oui, la transmission de données numériques a un impact écologique important : Construction d’un ordinateur et ses accessoires, réseaux de communication, stockage des données informatiques, utilisation des technologies comme l’envoi des courriers électroniques,… En 2013, cette même agence (Ademe) estime que le nombre de courriers électroniques dépasserait les 500 milliards d’envoi (Courriers indésirables SPAM inclus). Dans une entreprise de 100 personnes, les spécialistes constate que les échanges mails annuels entre collègues produisent +/- 1 tonnes de CO2 soit environ la consommation d’un aller/retour Paris vers New-York. Autre exemple, l’utilisation de 10 minutes par jour de son GSM est équivalente sur une année à la production CO2 de 80 km pour une voiture. Sachez que même une requête sur Google émet quelques grammes de CO2. Pour finir, les réserves naturelles de certains métaux comme le lithium sont déjà presque épuisées.

Quelques gestes simples pour être acteur pour préserver notre planète…

Rappelons-nous que ce sont les petits ruisseaux qui forment les grands fleuves. On préservera la terre grâce aux petits gestes posés par chacun d’entre nous. Lors de ce débat, ces spécialistes recommandent d’adopter certains comportements :

  • Si vous possédez l’adresse URL du site que vous souhaitez consulter, il est préférable d’utiliser la barre de navigation de votre navigateur (Ex. Internet Explorer, Firefox, Safari,…) pour introduire cette adresse au lieu de faire une requête sur Google.
  • Réduire l’envoi de mails en évitant d’abuser de la mise en copie (Ex. CC, CCI,…), stopper l’envoi de mails inutiles et que les autorités continuent à lutter contre le spam.
  • Se rappeler que « S’il n’y a pas de clients, il n’y a pas de produits« . En effet, le consommateur change en moyenne tous les 18 mois de GSM or ce comportement a un impact néfaste pour l’environnement. Essayons donc de conserver plus longtemps ses appareils TIC.
  • Recycler. Il faut vraiment que les autorités recyclent ces appareils. D’après Cédric Gossart, ce n’est pas encore une réalité.

Etant conscient de ces dégâts écologiques, je serai personnellement encore plus attentif à l’avenir sur l’utilisation des nouvelles technologies. Et vous ?

Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.

Comments are closed.