Nouveau concept RSE: Écosystème de sens

Nouveau concept RSE pour aider les entreprises à fédérer toutes les parties prenantes autour de projets sociétaux et environnementaux. Son avantage : L'effet « contagion » rapide. L’idée est d’impliquer les collaborateurs d’une entreprise, les clients et la communauté dans une dynamique de transition sociétale et écologique. L’effet levier positif a montré ses preuves. Nom de cette méthode "Positive Attitude" : écosystème de sens. N'hésitez pas à valider notre charte pour vous engager avec nous.

Écosystème de sens

  • Concept RSE innovant pour fédérer vos parties prenantes autour de vos actions sociétales et environnementales.
  • Ci-dessous, nos conseils en 3 étapes pour implémenter ce concept écosystème de sens dans votre entreprise.

Écosystème de sens, la méthode en 3 étapes clés

Ce nouveau concept RSE a été mis au point et testée en 2019. Il a été présenté officiellement ce 4 décembre 2019 lors d’un colloque environnemental de l’Union Wallonne des Entreprises (UWE) à Namur. Le thème : les entreprises wallonnes et les grands enjeux environnementaux. Nicolas Pourbaix a profité de la COP25 (La conférence de Madrid de 2019 sur les changements climatiques) pour dévoiler les ingrédients clés de "l'écosystème de sens". A mettre en place dans toutes vos entreprises grâce à notre charte.

1. S’appuyer sur un outil externe comme EMAS pour objectiver la situation sociétale et environnementale de l’entreprise

Le principe le plus simple est d’utiliser un outil de management environnemental existant qui permet d’auditer et manager la diminution de son impact environnemental. L’outil le plus approprié aux yeux de Nicolas Pourbaix est EMAS.

Pourquoi ? L’outil EMAS est un système d’audit et de management environnemental de l’Union européenne destiné aux entreprises et à d’autres organisations. EMAS permet d’évaluer, d’améliorer et de rendre compte de la politique environnementale de votre organisation (Entreprises notamment). Dans le cadre d'EMAS, l'organisation doit s'engager sur des objectifs clairs:

  1. contrôler et identifier l’impact environnemental de vos activités, produits et services
  2. améliorer en permanence votre management environnemental
  3. implémenter une approche systématique pour établir des objectifs environnementaux,    les atteindre et les rendre publics une fois réalisés

D’abord, l’entreprise doit faire réaliser un audit complet par un organisme externe agréé afin de déterminer tous les impacts environnementaux de l’entreprise (Ex. Consommation électrique, de papiers, eaux, chauffage, carburant, matières premières,…). Cet audit est le point de départ et la carte d’identité de l’entreprise.

Dès le départ, vos parties prenantes internes et externes (Collaborateurs, clients & la communauté) doivent être impliqués dans la démarche.

2. Fédérer vos collaborateurs, vos clients et votre communauté pour déterminer des actions sociétales et/ou environnementales

Fédérer demandera un investissement et de la pédagogie... Le concept RSE "écosystème de sens" doit être bien intégré par vos collaborateurs, clients et communauté. Si l’explication est sincère et clair, toutes vos parties prenantes devraient vous suivre dans la démarche. Déterminer les objectifs SMART avec vos collaborateurs !

Exemples d’objectifs SMART : Diminuer de x % par an la consommation électrique ; Diminuer de x % par an la consommation de papier ; Diminuer de x % par an la consommation d’eau ; Diminuer de x % par an la consommation de mazout ; Diminuer de x % par an la consommation de carburant ; …

Ensuite, impliquez votre communauté et vos clients par les réseaux sociaux. Pour générer un taux d'engagement important, n'hésitez pas à utiliser la roue des publications sociale.

Lors de ces workshops, il faut énumérer des idées de moyens à mettre en œuvre pour y arriver puis constituer des mini-groupes de travail qui détiendront la responsabilité de l’idée. En parallèle, toujours impliquer votre communauté et vos clients en appliquant la roue des publications. En effet, ce sont d'excellentes publications sociales de type "sympathie".

3. Plan d’actions, évaluation régulière,… pour faire incarner cet état d’esprit écosysteme de sens ainsi que stimuler sans cesse la "Positive Attitude"

Elaborer un plan d’actions sur 12, 24 ou 36 mois avec des priorités est essentiel. Laissez vos collaborateurs s'engager dans des initiatives sur base volontaire. Tout au long des 12, 24 ou 36 mois, votre rôle sera de stimuler la créativité pour augmenter l'impact sociétal et diminuer l'impact environnemental. Avoir un échange participatif tous les trimestres ou semestres est recommandé.

A ne pas oublier: Communiquer en mettant en avant les actions sociétales et en faveur de l’environnement. La roue sociale des publications est un excellent outil pour générer du taux d'engagement.

Après 18 à 24 mois, l'écosystème de sens commence à devenir un réflexe, une habitude,... cela devient naturel. Ce sera vos parties prenantes qui deviendront le moteur de vos actions sociétales et environnementales. Et là: FELICITATIONS car votre cohésion d'équipe sera renforcée avec du sens :-).

.

Que des effets positifs, cet « l’écosystème de sens » !

L’état d’esprit de TOUS les collaborateurs change. Pour certains collaborateurs, ce sera plus rapide… pour d’autres, plus long. Ceci dit, ce changement d’habitude / état d’esprit s’opère grâce à l’effet de groupe. Vous donnez encore plus de sens à votre entreprise et à ses acteurs.

De plus, une communauté forte et solide se met en place pour vous suivre et relayer les informations de votre entreprise.

En parallèle, les collaborateurs et la communauté mettent des actions en place de façon individuelle. Cela augmente l’état d’esprit positif, impliqué, coopératif,… bref le « sens de la vie ». Ce qui manque actuellement dans beaucoup d’entreprises.

Par ailleurs, vous attirez des nouveaux clients qui sont dans la même philosophie… L’effet s’applique aussi pour vos partenaires et fournisseurs.

En conclusion, cette dynamique re-donne du sens à chaque partie : Des collaborateurs impliqués avec une cohésion d’équipe renforcée, une communauté qui relaye et partage, des clients / partenaires fidèles aux mêmes valeurs.

Que du bénéfice, à la condition que l’entreprise qui met cela en place le réalise de façon sincère et sans contradiction.

Exemple concret des résultats de cette méthode managériale « écosystème de sens » chez E-net Business

En 2015, E-net Business a décidé de s’appuyer sur l’outil externe EMAS pour objectiver la situation environnementale et réfléchir à une approche afin de diminuer l’impact environnemental. Ce projet a été mené par un petit groupe de travail emmené par Adrien MERTENS (74 ans), Audrey DELFOSSE (36 ans) & Vanille DELAITTE (25 ans). Déjà à ce stade, plusieurs générations différentes collaborent autour d’un projet commun.

Résultats impressionnants en 3 ans !

Voici les résultats entre 2015 et le 25 mars 2019 (Contrôlé par un organisme indépendant Vincotte) :

Chaque année, une déclaration environnementale est contrôlée, publiée, composée d’objectifs SMART nouveaux.

Des initiatives individuelles remarquables

Par ailleurs, l’impact exceptionnel est la dynamique positive dans laquelle chaque collaborateur s’implique à son niveau. Voici quelques exemples sur les 6 premiers mois 2019 pour E-net Business :

  • Remplacement des gobelets, canettes,… par du verre et des carafes. Projet mené par Kevyn, notre réceptionniste.
  • Suppression de tous les sacs plastiques dans l’entreprise. Projet mené par Marjorie, notre technicienne de surface.
  • Remplacement des agrafeuses classiques par leurs versions sans... agrafes. Projet mené par Audrey, notre secrétaire.
  • Création d’un lombricomposteur pour nos déchets alimentaires. Projet mené par Vanille & Delphine, deux de nos copywriters & Vincent, un analyste-développeur.

Quelques images de nos initiatives

Découvrez en images l'implication de nos collaborateurs.

Il y a un renforcement de la cohésion d’équipe. Un dernier exemple : En mai 2019, l’UGL a publié une information : Internet est responsable de 4% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Cette proportion est en hausse constante. Internet pollue autant que l’aviation.

Des analystes-développeurs (Steve, Loïs, Vincent & Thomas), nos infographistes (Mathieu, Martin, Sandrine & Fabrizio) et nos responsables de projets (Jean-Philippe, Lucas & Margaux) se sont mis autour de la table afin de réfléchir à une solution en lien avec la direction (Sacha & Boris). Il a été décidé de réaliser un bilan carbone de 15 sites e-commerce utilisant notre Zephyr. Ensuite, de proposer à ces 15 clients de donner le défi à l’équipe d’E-net Business de diminuer l’impact en CO2 de ces sites web. En conclusion :

  • 14 clients e-commerce sur 15 ont répondu présents. Ces 14 sites web émettaient 38 tonnes de CO2 par an.
  • 150 heures de travail pour réduire l’impact en CO2 ont été attribuées à l’équipe de développement E-net Business

Résultats de l’action CO2 et le site web

Résultats après 3 mois de travail : Réduction des émissions de C02 de 50,41 % en moyenne sur les 14 sites e-commerce participants.


Une visibilité positive contagieuse Source: Websitecarbon.com

Sur quelques heures, l’impact a été démultiplié par notre communauté : + de 65 000 personnes touchées de 1er niveau + un impact visibilité via les médias.

« Nous avons même un concurrent qui nous a contacté afin de savoir comment nous avions réalisé la diminution de l’impact CO2 de nos e-commerces. C’est avec plaisir que nous lui avons transmis les éléments techniques appliqués. » explique Nicolas Pourbaix. Il ajoute : « Dire, il faut diminuer le CO2, c’est bien mais ce n’est pas suffisant. Publier des fiches conseils pour diminuer son impact environnemental, cela ne touche que ceux qui se sentent concerné. Pour réussir à avoir un impact démultiplicateur de la transition environnementale auprès de toutes les couches sociales, il faut mener des actions concrètes (et mesurées) ainsi qu’utiliser les leviers du marketing viral. Plus il y aura un matraquage viral avec des actions concrètes, plus vite l’effet de contagion positif sera là ! Nous avons besoin d’une vraie vision de la part des pouvoirs publics ».

De 5 à 50 ans pour généraliser l’écosystème de sens

L’ « écosysteme de sens » est une méthode managériale qui va booster la transition environnementale ET sociétale des entreprises. Comme toute méthode, elle doit être le plus largement diffusée. De plus, Nicolas est convaincu que la transition environnementale est un excellent levier pour (re-)donner du sens à ce que nous faisons. Cela doit être la priorité… Un effet levier qui, s’il est généralisé (Quelle que soit la culture) peut faire changer le monde très rapidement.

Il faudra peut-être 25 à 50 ans pour généraliser cet « écosystème de sens » dans le monde.

Avec un soutien massif des pouvoirs publics, l’effet levier de l’écosystème de sens pourrait être généralisé au niveau mondial en 5 à 10 ans. « Le marketing viral est rapide… C’est un excellent moyen de renouer une proximité entre les politiques et le citoyen. C’est aussi l’occasion pour les entreprises de (re-)donner du sens dans un monde qui a tendance à nous éloigner tous. La Wallonie pourrait devenir le porte-drapeau de cette approche ! » conclut l’entrepreneur wallon Nicolas Pourbaix.

Et pourquoi la Wallonie ne serait-elle pas le leader mondial à promouvoir cette méthode de l’ecosysteme de sens ?

Pour y arriver, Adrien et Nicolas se sont penchés sur la question. Des propositions ont été réalisées aux négociateurs wallons à la mi-juillet 2019. La première étape se constitue en 4 propositions concrètes pour toucher 10 000 entreprises en moins de 4 ans :

  1. Créer un nouveau label wallon « PRE-EMAS » pour les TPE / PME
  2. Permettre m'utilisation des Chèques Entreprises afin de soutenir la démarche (PRE-)EMAS dans les TPE / PME
  3. Augmenter la prime à l’investissement de 1 % à 3 % pour les TPE / PME enregistrées (PRE-)EMAS
  4. Favoriser les TPE / PME qui sont (PRE-)EMAS dans les appels d’offres publics

Ces propositions ont eu écho dans la déclaration de politique régionale (p. 34) : « … La Wallonie adoptera un décret portant sur l'organisation de l'orientation, de la sensibilisation et de l'accompagnement des entreprises à la transition écologique (…). Ce décret fixera un cadre transparent (…) et mettra en place un dispositif clair et précis pour organiser l'évaluation régulière de la performance de ces opérateurs … ».

L’outil EMAS répond exactement à cette ambition. En effet, EMAS est le système d’audit et de management environnemental de l’Union européenne avec un cadre transparent et clair. Chaque année, les performances sont évaluées et vérifiées par un organisme extérieur agréé. Déjà 40 entreprises wallonnes exploitent cet outil. Arriver à 10 000 entreprises en 4 ans n’est qu’une volonté politique.

Ensuite, il faudra prendre des décisions fortes en lien avec cette première étape… Communiquer, communiquer & communiquer avec des résultats concrets à l’international pour donner l’envie à d’autres d’aller plus loin !