Nicolas Pourbaix un entrepreneur passioné

C’est en 1991, alors âgé de 8 ans, que Nicolas Pourbaix découvre le monde de l’informatique par l’utilisation d’un Amiga Commodore. Il commence à créer des petites vidéos. En 1996, il découvre l’Internet et se lance dans la création du site Internet de son village : Lustin.

En savoir plus sur son parcours

Il découvre le monde de l’information en 1991 avec un Amiga Commodore. Nicolas Pourbaix créée son premier site web en 1996. Il n’a que 12 ans à l’époque. Aujourd’hui, il reste un passionné du Digital Marketing 4.0. et il s’est entouré d’une équipe de plus de 30 experts. Découvrez sa biographie et ses domaines d’expertise…

Introduction sur son parcours, vu par son ami Sacha Peiffer

Sacha Peiffer est un journaliste devenu un ami. Aujourd’hui, Sacha est le Directeur Opérationnel de la société E-net Business. Depuis 1997, Sacha suit le parcours de Nicolas Pourbaix.

Nicolas Pourbaix : de I’Internet « gadget » au Digital Marketing 4.0.

Nicolas Pourbaix n’a pas 16 ans lorsque je le croise pour la toute première fois. A l’époque, j’étais journaliste de presse écrite pour un journal local.

J’avais été sidéré, la veille, en visitant le portail web consacré à mon propre village de l’époque : Lustin, entre Dinant et Namur. Un site web créé par ce gamin survolté.

On y trouvait la météo locale, un historique pointu et étayé à propos de la localité, notamment. Fonctionnalité rare : on pouvait même y télécharger des sonneries de GSM inspirées du folklore local !

Depuis le fauteuil de papa

Il faut rappeler le contexte : nous sommes en 1997, et le web n’est encore accessible qu’à une poignée de geeks passionnés. Rares sont les privilégiés qui disposent d’une connexion Internet à la maison.

Calé dans le fauteuil de bureau (trop grand) de son paternel, Nicolas rayonne déjà une passion étonnante pour l’Internet. A la fin des années 90, les entreprises, les institutions (mis à part peut-être les universités) et les particuliers n’y croient pas encore. Tout l’inverse de Nicolas, qui ne cessera de parfaire son portail local et d’attirer l’attention de  PME ou d’hommes politiques qui souhaitent profiter de nouveaux outils de visibilité.

La passion se mue en métier

Cette passion attire rapidement les projecteurs sur celui que l’on nomme « le petit génie du web ». La tendance se confirme au début des années 2000, lorsque Nicolas reçoit la Tisse d’Or (prix français très prisé dans la websphère) et le prix du Meilleur Webmaster belge, à la même époque.

A ce propos, il me dit souvent qu’il a eu « de la chance », mais je n’en suis pas si sûr.

Self-made man à part entière, Nicolas ne s’est jamais écarté de cet état d’esprit en créant, au fond d’une cave, les sites de ses premiers clients. Ni en fondant sa propre entreprise, E-net Business, vers l’âge de… 19 ans, en 2002.

Depuis, il s’est entouré de plus de 30 collaborateurs, à qui il insuffle un esprit innovant, à la faveur de son obstination. Pour l’heure l’Internet n’est plus ce gadget des années 90, mais bien un outil incontournable de développement économique. Nicolas est perpétuellement aux aguets, analysant les besoins des entrepreneurs pour dégager les solutions web qui leurs permettront d’en tirer des fruits. Et l’on regarde d’un tout autre œil celui qui prêchait en faveur du web depuis plus de 15 ans.

Mais entretemps, rien n’a changé ou presque… Si ce n’est qu’aujourd’hui, la presse ne consulte plus un adolescent-phénomène, mais bien l’expert en « Digital Marketing 4.0. » qu’il est devenu. De plus, l’agence E-net Business compte parmi les acteurs wallons incontournables, avec plus de 2 000 clients. On peut écrire que la passion est devenue un métier.

 

Par Sacha Peiffer